Pokémon 12 : Arceus et le Joyau de Vie - Pokémon Espace

Inscription
h

Pokémon XII : Arceus et le Joyau de Vie

Pokémon Espace » Section Cinéma » Pokémon XII : Arceus et le Joyau de Vie

Informations

Critique

« Arceus et le Joyau de Vie » est le douzième film et celui qui clôt la trilogie formée avec Pokémon 10 et 11. L'histoire est dans la continuité étant donné que certains des éléments des deux précédents films apparaissent. Comme son nom l'indique, il met en scène Arceus, le dieu des Pokémon. Comme d'habitude, le film s'inspire d'un lieu réel. Et cette fois-ci, c'est en Grèce, à Athènes, que l'inspiration fut puisée. Il se déroule en parallèle de la saison 12.

L'histoire du film repose sur une légende. Il y a longtemps, Arceus a sauvé Michina, petite ville totalement aride, d'une météorite. Seulement, l'impact a grandement blessé Arceus et ses plaques de vie (une pour chaque type). Damos, un habitant de la ville voyant le Pokémon agonisant décide de le sauver en lui rendant ses plaques. Pour le remercier, Arceus sacrifie ses plaques d'eau, de plante, de terre, de l'électricité et du dragon afin de créer le Joyau de Vie afin de revitaliser Michina. Arceus imposa une condition : Damos devra lui rendre le Joyau de Vie quand il reviendra le voir. Malheureusement, quand Arceus revint, Damos ne lui rendit pas le Joyau de Vie et l'attaqua. Arceus, furieux d'avoir été trahi, retourna dans l'espace pour se reposer. Plusieurs milliers d'années plus tard, Sacha, Pierre et Aurore arrivent à Michina et rencontrent Sheena, la descendante de Damos qui leur raconte la légende. Elle leur indique également que les événements qui se sont produits à Alamos et dans le monde inversé sont dûs à la colère d'Arceus. Puis, Sheena leur révèle qu'elle a le Joyau de Vie qui s'est transmis de génération en génération. Arceus, en colère contre l'humanité revient sur Terre et commence à lancer des attaques Jugement sur la ville. Sheena s'interpose et tend le Joyau de Vie à Arceus. Mais celui-ci le détruit : il s'agit d'un faux et continue d'attaquer. Dialga, Palkia et Giratina débarquent de leurs dimensions respectives et protègent Sacha et les autres. Pour les mettre en sécurité, Dialga les envoient dans le passé...

Qui dit trilogie dit suite logique dans le scénario. Pourtant, on remarque que les films ne se suivent que très peu. Ils sont reliés par la présence de légendaires en commun et par 2 lignes de scénar qui sont là pour nous faire croire que toute l'histoire des 3 films n’en est qu'une. Pourtant de nombreux efforts sont faits pour faire référence aux évènements précédents : le film commence, outre par la présentation traditionnelle du monde Pokémon, par un petit rappel des faits antérieurs, Sheena indique qu'elle aurait suivi les événements à Alamos et dans le monde inversé, les 3 dragons sont bel et bien présent et protègent Sacha qu'ils connaissent. On note également une petite référence présente dans les opus-remake que sont Pokémon Or HeartGold et Argent SoulSilver puisque le sol de l'Autel Trismegis des Ruines Sinjoh fait fortement penser à celui du temple construit en l'honneur d'Arceus. Puisqu'on parle jeux vidéo, les fans d'Arceus auront remarqué qu'Arceus possède toutes ses plaques en lui contrairement aux jeux où ce dernier ne peux qu'en tenir qu'une à la fois ce qui le fait changer de type. Dans le film, les plaques lui permettent d'être immunisé contre un type bien précis.

Comme chaque Pokémon héros de film, Arceus parle et a une voix parfaitement adaptée à son rôle : une voix terrifiante du fait qu'il soit en colère la majeure partie du film. Sa colère d'ailleurs, amplement justifiée en fait un Pokémon totalement invincible face à Dialga, Palkia et Giratina qui sont inefficaces à 3 contre 1 ! Le fait qu'Arceus possède les plaques correspondant aux types des attaques des trois dragons explique ce détail curieux. Par contre, on se demandera pourquoi Arceus ne les achèvent pas un par un : le film voit se développer 2 époques en parallèle : l'époque de Damos et de Sheena. Au temps de Damos, Sacha et cie tentent de comprendre et empêcher les événements qui ont engendrés la colère du dieu Pokémon. Ce qui prend facilement plus de la moitié du film mais lors des quelques scènes où l'on assiste au combat des 4 légendaires, aucun d'entre eux ne semble K.O. Même si Dialga ne fait pas grand chose puisque pendant la majeure partie du film, on le voit couché, comme un chien obéissant à son maître.

En parlant de comportement étrange, il est bon d'évoquer qu'un autre légendaire, n'ayant pas sa place dans l'intrigue et donc dans le film, est bien présent. Vous n'aviez pas compris la présence de Darkrai et de Regigigas dans Pokémon 10 et 11 ? Avec Pokémon 12, vous vous demanderez pourquoi Heatran est présent en tant que Pokémon de l'anti-héros du film : Marcus (qui possède un couvre chef des plus improbables). Chacun sait comme il est facile de dresseur un légendaire... On peux tout de même se demander si Marcus possède bien ses Pokémon (Heatran et Archéodong) dans le sens où ils portent une espèce d'armure et qu'une fois détruite, ils se retournent contre leur « dresseur ». Le film est sorti juste avant la sortie des remakes de Or et Argent ce qui explique la présence de Pichu, mais surtout de Germignon, Héricendre et Kaiminus les starters de ces jeux. Ils n'ont d'ailleurs qu'un rôle relativement limité.

Du côté sonore, c'est comme d'habitude du très bon comme à chaque film. Et, comme chaque film depuis le rachat de la licence par France Télévisions, nous avons le plaisir d'entendre l'opening 12 en français et bien entendu en version longue au cours d'un traditionnel combat qui est double pour l'occasion. Et en guise de générique de fin, nous avons le droit à 3 chansons, rien que ça. La première, « Changeons l'Histoire » est assez lente mais représentative du film. Les deux autres musiques sont deux des chansons présentes dans les génériques de Pokémon 10 et 11, à savoir « Je penserai toujours à toi » et « Ce monde merveilleux », toute deux magnifiques. Ces morceaux sont agrémentés d'images provenant des 3 films appuyant sur le fait qu'ils forment une trilogie.

En conclusion, le film en lui même est bon, mais l'idée de départ, c'est à dire réaliser une trilogie est mauvaise : les films ne sont pas assez dépendants les uns des autres. Le principe des deux époques afin de modifier le passé pour sauver le futur est classique mais est ici mal manié. L'intrigue étant centrée sur les actions de Sacha, les scènes montrant le présent sont inutiles tant l'action ne décolle pas d'un pouce. On appréciera le fait que la légende qui nous est comptée est claire, les éléments perturbateurs sont clairement identifiés et le fait de voyager dans le temps est très bien mis en scène.