Pokémon 6 : Jirachi le Génie des Vœux - Pokémon Espace

Inscription
h

Pokémon VI : Jirachi le Génie des Vœux

Pokémon Espace » Section Cinéma » Pokémon VI : Jirachi le Génie des Vœux

Informations

Critique

Ce 6 ème est sûrement l'un des plus émouvants. Il est également important de noter que pour une fois, Sacha n'ait pas le rôle principal, ce n'est pas lui le seul et grand héros de l'histoire. C'est en effet Max ; le frère de Flora qui devient l'un des protagonistes phares de ce sixième long-métrage qui se déroule en parallèle de la saison 6.

Alors qu'ils sont en route vers leur prochaine destination, Sacha, Pierre, Flora et Max ont décidé de faire un détour pour aller faire un tour dans une partie de la région où est visible la "Comète du Millénaire", une sorte de constellation visible une fois tous les milles ans. Une fois arrivés au lieu indiqué par le fameux guide de Pierre, ils découvrent une plaine vide. Dans la nuit, un cirque vient s'installer, ce qui réveille nos héros. Le lendemain, nous les retrouvons dans un chapiteau pour assister à un spectacle de magie du "Fantastique Butler". Pendant le spectacle, son assistante Diana apparaît et brandit un curieux cristal. Max entend une voix qui semble provenir de lui et monte sur scène. Rejoint par Sacha, ils sont invités à participer au prochain numéro.

Après le spectacle, Butler et Dianna expliquent que Jirachi se trouve dans ce cristal et ne se montre qu'une fois tous les mille ans, lorsque la comète est visible; pendant une semaine. Max ayant été choisi pour veiller sur Jirachi (vu que c'est lui qui a entendu les voix) et garde le cristal. Et comme prévu, Jirachi sort du cristal pendant la nuit. Le jour suivant, un Absol fait irruption dans le chapiteau et attaque tout le monde. Jirachi (qui parle par télépathie à tous) dit qu'il vient le chercher sans plus. La nuit venue, Butler prend Jirachi avec lui et se dirige vers le chapiteau. C'est alors que les choses commencent à se gâter: on apprend que Butler est un ex-membre de la Team Magma et qu'il souhaite recréer un Groudon avec l'aide de la puissance de Jirachi.

Comme dit au début de cette critique, il s'agit d'un des films Pokémon les plus émouvants. On remarque que c'est le premier qui met en scène 2 Pokémon légendaires qui n'ont rien à voir entre eux. On pourra d'ailleurs se demander si Groudon fait véritablement son apparition dans le film en tant que Pokémon ou plutôt comme sujet de convoitise. La créature que Butler crée "n'est pas Groudon, c'est l'incarnation du Mal". La création d'un "Groudon toutes pièces" rappelle celle de Entei dans Pokémon 3 même si Groudon n'est pas représenté comme il l'est réellement. L'histoire est donc plus centrée sur Jirachi qui au final, est encore une fois un sujet de discussion qu'un légendaire d'une grande puissance puisque ses deux seuls pouvoirs montrés dans le film sont la capacité de parler par télépathie et de téléporter des objets. On découvre que c'est un Pokémon qui réclame beaucoup d'attention, assez craintif, qui aime dormir et jouer; le partenaire idéal pour Max.

Comme dans chaque Pokémon, les réalisateurs ont mis l'accent sur des notions philosophiques comme l'amitié profonde et la fraternité. Ainsi, on retrouve Flora et Max beaucoup plus proches que dans la série ; cela est certainement dû au fait qu'ils soient plus mis en avant. Les sentiments familiaux qui existent entre eux sont particulièrement soulignés et le rôle de grande soeur de Flora est montré plus explicitement ; s'occupant de son petit frère comme le ferait une mère. La relation entre Max et Jirachi était prévisible, il n'empêche qu'ils deviennent très proches au fur et à mesure du film. Max prend son rôle de "protecteur" très à coeur et est particulièrement touché et ému à l'idée de se séparer de Jirachi. C'est la première fois que Max s'occupe autant d'un Pokémon. Les quelques interventions de la Team Rocket, qui est presque passée aux oubliettes, font sourire grâce au contraste que leurs dialogues produisent par rapport aux situations où elle apparaît.

Les musiques et l'aspect graphique ont été comme d'habitude très soignés. Les musiques sont pourtant moins diversifiées que d'habitude. Certaines sont axées sur l'extraordinaire, la magie tandis que d'autres sont plus axées sur l'héroïsme et le danger. Aucun thème récurent n'est présent si ce n'est l'opening de la version 6 japonais en intrumental qui est tout simplement magnifique. L'intrigue du film met un certain temps à se mettre en place et les principales scènes d'action se passent dans la seconde partie du film. La "créature Groudon" a été très bien réalisée, ce qui donne un côté maléfique au Pokémon légendaire, qui n'est pas habituel dans les films précédents.

On notera tout de même dans les rugissements de ce dernier un côté pluri-animalier: on reconnait ainsi le cri de l'éléphant qui donne une vision un peu ridicule au Pokémon. Le long métrage ne présente encore une fois qu'une seule chanson, mais quelle chanson ! Nommé Chiisaki Mono au Japon et Make a Wish aux USA, une version regroupant les 2 versions fait office de générique et clôt royalement le film, on en est presque à regretter le départ de Jirachi. Ce départ, qui est assez bouleversant, l'émotion prend très vite le dessus et le spectateur ressent exactement la même chose que Max.

On ne reviendra pas sur la version française arrivée tardivement sur le marché, qui n'est pas d'une qualité éclatante. Le style des dialogues a même changé; le langage est beaucoup plus familier, ce qui peut être assez déroutant à la première écoute, comme cette phrase de Max, lorsqu'il décide de demander un voeu à Jirachi: "Non, c'est moi le Preum's". Les voix de la Team Rocket sonnent bébé et ce ne sont que des exemples. Quant aux cris des Pokémon, on entend bel et bien les noms anglais; ce qui donne un côté un peu bizarre d'entendre Sacha dire: "Regardez, c'est un Libegon" crier "Fliegon". Un très bon film très émouvant, même si l'histoire est assez longue à se mettre en place.