Pokémon 7 : La Destinée de Deoxys - Pokémon Espace

Inscription
h

Pokémon VII : La Destinée de Deoxys

Pokémon Espace » Section Cinéma » Pokémon VII : La Destinée de Deoxys

Informations

Critique

La Destinée de Deoxys fait partie de ces films sortis avec quelques années de retard en France. Il n'en reste pas moins un bon film dans le même style que son prédécesseur. Après Venise avec Pokémon V, c'est autour de la ville canadienne de Vancouver à avoir servi d'inspiration pour imaginer la ville de Larousse City ; lieu où le film se passe. La saison en parallèle de ce film est la septième.

Le film débute comme d'habitude par une petite présentation de ce qu'est le monde des Pokémon avant d'être plongé au beau milieu d'Obalie, de Phogleur et de Kaimorse au Pôle Nord ! On y découvre 3 personnages : un professeur (son nom n'est pas indiqué), son assistante Yuko, et le fils du professeur : Tori.

C'est alors qu'une météorite tombe non loin d'eux ce qui fait chuter Tori au milieu des Pokémon Glace. Ces derniers s'enfuient terrifiés, ce qui terrorise Tori et dont naîtra une phobie envers les Pokémon. De la météorite en sort un Pokémon venu de l'Espace (pas du site malheureusement) : Deoxys. Après son arrivée, Rayquaza descend de la couche d'ozone pour chasser l'extra-terrestre de son territoire. Après un combat légendaire (c'est le cas de le dire), Deoxys est anéanti par un Ultralaser à bout portant de la gueule de Rayquaza.

Quatre ans plus tard, Sacha, Pierre, Flora et Max arrivent à Larousse City, ville des nouvelles technologies, pour se rendre à la Tour de Combat où ils font connaissance avec Raph, Sid et Rebecca, trois dresseurs de Pokémon, Audrey et Catherine les soeurs de Raph. Alors qu'il cherche où s'inscrire, Sacha fait la connaissance de Tori et ils se retrouvent par un concours de circonstances inscrits ensemble pour affronter Raph et Sid. Le combat frise le ridicule pour Sacha. Mais lorsque Deoxys sort de la glace et arrive à Larrousse City, les choses se compliquent.

Dès le moment où on aperçoit les 2 Pokémon légendaires, on se demande pourquoi ces deux là sont réunis. Chacun sait que Rayquaza est lié non pas à Deoxys mais à Groudon et Kyogre. Néanmoins, leurs combats sont impressionants et reflètent leur importante puissance. On découvre ébahit les différentes formes de Deoxys très bien animés. Rayquaza est représenté un peu comme Mewtwo : détruire tout ce qui est sur son territoire.

Son cri devient à la longue assez lassant. De plus, il n'utilise presque qu'Ultralaser comme attaque. Pour en revenir aux personnages, l'un des personnages, Tori, est on ne peu plus atypique puisqu'il a la phobie des Pokémon dûe à un traumatisme. C'est une grande première de montrer un humain ayant peur de tous les Pokémon, même les plus mignons et inoffensifs comme Pikachu ou Zigzaton. La présence de questions philosophiques devient une tradition des films Pokémon, et ce dernier ne déroge pas à la règle. Le personnage de Tori peut être comparé à celui de Molly de Pokémon 3.

Comme elle, Tori n'a pas de mère apparente et ne passe pas beaucoup de temps avec son père, ce qui est dû à son travail. On sait également qu'ayant peur des Pokémon, il n'a pas eu une enfance heureuse puisqu'il avoue à Sacha avoir toujours été seul. Néanmoins, il n'a pas l'air très âgé; peut être a t'il 8 ou 9 ans.

Encore une fois, Sacha n'a pas vraiment le rôle titre, le protagoniste principal est Tori grâce à qui la ville s'ouvre petit à petit aux yeux du spectateur. On notera la présence d'un Pokémon de quatrième génération : Goinfrex, la pré-évolution de Ronflex dont les prestations feront rire (prestations qui ressemblent plus à des sketchs) tout comme les différentes avances ratées de Pierre à Rebecca ou de la Team Rocket apparaissant comme toujours pour des gros boulets plus bêtes que méchants et tellement attachants en même temps (ça suffit les rimes). En parlant d'avances amoureuses, Sid, dresseur local n'hésite pas à vouloir en mettre plein la vue à Flora qui elle n'est pas attirée par lui en temps que petit ami.

Les musiques sont comme toujours magnifiques et participent comme jamais à l'immersion surtout lors des apparitions de Deoxys et Rayquaza, et pendant leurs combats. Elles sont également un peu plus variées: même Goinfrex a sa propre musique lors de ses apparitions. En ce qui concerne la chanson du film ; elle n'est plus présente uniquement lors du générique mais peut être entendue pendant toute une scène: "The Side of Paradise" qui représente le côté "bon enfant" du film. Elle sert également de générique. Quand aux prises de vues, elles nous donnent une impression de la taille de la ville: prestigieuse et immense. Les amateurs de voyage reconnaîtront l'inspiration qu'a donné Vancouver au film.

Dans le film, on apprend la présence du Pôle Nord et du Pôle Sud sur la planète. Étant donné que Larousse Ville représente Vancouver et que le début du film se déroule à l'un des deux pôles, il est possible que la ville fictive soit placée au même endroit géographique que la ville réelle, se trouvant au Canada. Hormis les différentes régions de la série, les films nous feraient-ils découvrir le monde à la manière Pokémon ?

Si le film ne souffre pas de faiblesse en particulier, la version française est quant à elle désastreuse; encore plus que ses homologues à être sortie en retard. À la manière de Pokémon 5, on retrouve les éternelles Pokémon à double voix, et pour le film, ils sont encore plus nombreux. Les exemples principaux sont Posipi et Negapi qui disent en même temps leur nom anglais et français et Goinfrex qui alterne un "Munch" et un cri ressemblant à rien représentatif de la VF. Tout au début du film, nous (re) découvrons quelques images des précédents films. Vous vous souvenez du Libegon dans Pokémon 6 et sa magnifique voix anglaise ? Pour sa courte apparition dans Pokémon 7, il a été doublé. Même les voix des personnages ont encore changées mais il est étonnant de remarquer que Miaouss a retrouvé sa véritable voix dans ce film. Mais le pire du pire, c'est...

Pikachu ! Pikachu a bel et bien été doublé avec une voix horrible surtout qu'elle n'est entendue qu'à certains moments et sonne faux par rapport à la voix mignonnette qu'on connaît depuis le début de la série. Quant aux dialogues, la familiarité s'est accentuée: Pokémon 6 avait ouvert le bal, ce nouveau long métrage continue de plus belle avec Sid commentant la remise en place de Pierre par Max :

« - Bonjour merveilleuse beauté à lunettes, moi c'est Pierre !
- Sans vouloir faire de jeux de mots à deux balles, il a l'air d'en pincer pour Rebecca ! »

Le changement de style de dialogues est quand même assez rude, on est content que le massacre s'arrête là puisque France Télévisions a repris le flambeau pour la sortie des films ultérieurs. Préférez la version québéquoise qui est plus claire au niveau des dialogues et aussi plus drôle.

En conclusion, ce film nous met en haleine tant l'intrigue autour de Deoxys est complexe et tant il est poignant et intéressant. L'un des meilleurs ? Peut être pas mais à retenir quand même. Sachez tout de même qu'il a été nommé aux Oscars au Japon.